Ô la Nation apprenante !

3 AVRIL 2020

Confinement : semaine 3

Cette crise sanitaire a rapproché les parents, leurs enfants ou « apprenants » du personnel appreneur, ou pas

En l’An de grâce 2020, les enseignants, qui sont passés par toutes les dénominations éducatives et républicaines possibles, anciennement « hussards de la République », puis éducateurs, sont affublés du titre de « personnel appreneur », tous au service d’une grande et unique cause : faire apprendre la Nation, sauver les apprenants de l’obscurantisme des salles de jeux vidéos dans les combles de la maison familiale.

Nul besoin de le répéter, cela fait moult saisons que l’enseignant n’enseigne plus rien, non, il éduque, c’est là toute la subtilité du langage.

AGENTS VIRTUELS

Alors pour redonner un peu de courage aux appreneurs en herbe, également nommés « agents » dans la grande maison de l’Éducation nationale – mon interprétation flatteuse de cette nouvelle périphrase éducative, c’est « agent » comme « agents secrets », les Men in Black du XXIe siècle ; mon interprétation plus réaliste, c’est qu’au nom de l’égalité sociale ou encore politique de nivellement par le bas, on a cédé aux plaintes des agents de maintenance et de nettoyage du collège pour appeler tout le monde pareil, allez hop ! en un clic, Marie découvre sur son rapport d’inspection, qu’après cinq années d’études et dix ans d’enseignement, elle n’est plus qu’un agent du service public qui garde des mouflets, et encore que vingt heures par semaine, faut pas pousser quand même !

Bref, je disais que nos appreneurs/agents sont réconfortés par la déclaration de leur cher ministre qui assure que cette situation inédite rapprochera considérablement les familles apprenantes (il faut bien le dire, les parents sont dans les devoirs jusqu’au cou…) du personnel appreneur. Tissons des liens à distance, tissons… Le point positif, c’est que les classes virtuelles ont considérablement réduit les agressions physiques à l’encontre des professeurs.

La campagne politique est simple : plus on répète, plus on crée des spots TV sous l’égide « Nation apprenante », plus on finit par croire que tout le monde est bien en train d’apprendre quelque chose.

C’est ainsi qu’on secoue quelques appreneurs névrosés des quartiers chauds de la capitale pour faire la pose, faire risette devant la caméra. Jamais leurs cours ne se sont aussi bien passés, normal, ils n’ont plus d’apprenants, enfin ils supposent qu’il y a quand même quelques péquenauds qui reproduisent devant la télé, tous les midis, vers 14h, leurs cartes mentales – « fais un soleil de mots » – si habilement tracées sur le TBI dernier cri ! (remarque en passant, comme ça : le niveau de la Nation apprenante n’a jamais été aussi bas…)

On apprend, on apprend, on apprend…

CLASSE VIRTUELLE

Classe virtuelle de fortune : il doit bien rester vingt minutes d’apprentissage une fois les réglages, coupures, entrées, sorties, avec ou sans casques gérés par l’appreneur dépassé (ouais, disons que c’est la dose de savoir habituellement dispensée en classe physique, une fois les règles de politesse, sanctions, punitions, exclusions, « on se tait » bien distribués).

Côté enseignants : le savoir dispensé à distance frôle le surmenage, le harcèlement et la dépression. Cloués sur une chaise de fortune, les appreneurs tapent et tapent les déroulés de séance, les consignes idiotes, les synthèses en PJ, des pages et des pages d’exercices…

Quand ils ont fini tout ça, sans compter leurs heures, bien sûr, ils attendent les retours des apprenants, leurs évaluations, leurs petites dictées aménagées, leurs QCM bien rodés… Ils prient pour que les apprenants daignent leur envoyer un message poli « Cher… Veuillez… Merci… Cordia… » ; impossible d’achever, les enseignants reçoivent une cascade de messages anonymes et ressortent la loupe, les tests ADN, que sais-je encore, pour identifier les auteurs de ces chefs d’œuvre. Rien. Aucune marque de politesse, aucune signature. Rien.

Les apprenants ont adopté la maxime de Descartes :

« Je pense, donc je suis »

Sauf que, en l’occurrence, ils pensent rarement et ne savent pas grand chose, donc… Non, non, je n’irai pas jusque là, croyez-moi !

Si encore il ne s’agissait que de « Monsieur, a-t-il reçu ma lettre anonyme ? », on s’en tirerait plutôt bien. Car il existe pire que le vide sidéral, eh oui, j’ai nommé les messages agressifs !

ÉCHANGES VIRTUELS

Marie, l’appreneur, se connecte sur l’ENT et que découvre-t-elle ? Trente messages d’apprenants :

« Madame, notre fille (ah oui, parce que ce sont les parents de l’apprenant qui prennent les commandes) s’est donné beaucoup de mal pour réaliser votre exercice et vous lui avez mis un « non noté » (traduction : rien, même pas une petite bulle, rien, le vide, aucune sanction). Nous vous demandons (ça y est, on devient un tantinet directif) de revoir votre position (eh mec ! c’est un exercice bidon qui demande trente secondes d’intense réflexion, ta merveille ne va pas rater son concours d’entrée à Normal Sup’ – parce que les parents considèrent toujours que leur moi miniature est le génie du siècle). Nous (eh voilà, c’est le « nous » de royauté du style « Nous Louis désigné par Dieu comme son unique représentant… ») attendons un retour dans la journée » (Marie n’est même plus « agent », c’est carrément une « domestique » des de quelque chose). Signé par les deux parents pour bien impressionner.

(Pour le bien de la communauté, les fautes d’orthographe ont été enlevées de cette pièce de bravoure parentale.)

Comme si ça ne suffisait pas, Marie reçoit des ordres de ses supérieurs, de la conseillère d’éducation : elle doit répondre, prendre contact, se connecter, s’organiser, corriger, noter (mais bien noter), bref être bienveillante ! La Bienveillance érigée en qualité morale est ce beau vernis écaillé dont on enduit tout le personnel appreneur, plutôt deux fois qu’une, pour que les balles parentales ricochent ou mieux soient absorbées. On plie l’échine, on plie, on plie et c’est clair que Marie a des collègues plus mobiles, plus bienveillants, plus adaptables qu’elle, des vrais couteaux suisses qui filent droit !

COLLÈGUES VIRTUELS

On aurait pu croire que le confinement aurait libéré les appreneurs d’au moins une chose : le ronronnement insipide de leurs chers collègues- couteaux suisses en salle des profs. Mais non et encore non !

Au sommet de cette pyramide vertigineuse, on divise pour mieux régner et on programme dans la Matrix les bons petits soldats qui vont fliquer leurs collègues non bienveillants, non travailleurs, non coopératifs.

Comme si ça ne suffisait pas, les enseignants sont détestés des parents et du grand public, canalisés par la main nourricière qui les agite comme des pantins et enfin épiés par leurs pairs.

Tous bien branchés et connectés à la Matrix rebaptisée « Bienveillance » (pour avoir l’air moins stalinienne), les appreneurs appliquent, appliquent tout ce que leur demande, au moins autant que les apprenants se fichent éperdument de ce qu’on leur répète et demande.

Derrière la majorité des appreneurs, vous avez un agent masqué qui vérifie que vous appliquez le programme, au moins autant que lui, sinon plus. On aurait cru que le confinement aurait anéanti les agents de la Matrix, eh bien non !

Exemple :

Un professeur principal demande à Marie pour les besoins pédagogiques de la classe : quelle était ta dernière évaluation ? quel élève l’a faite ? veux-tu t’inscrire dans le calendrier des classes virtuelles ? si oui, quand ? as-tu contacté les parents ? Et ce n’est que le début de l’interrogatoire virtuel.

Les appreneurs ont bien intégré le programme et sont prêts à dénoncer tous les divergents qui traînent, cachés sous le maquillage du professeur lambda.

Nul besoin pour les créateur du programme « Bienveillance » de former leurs agents infiltrés (ça y est ! on la tient l’explication de la nouvelle appellation d’ « agent » sur le rapport de Marie), ils agissent d’eux-mêmes, enquêtent eux-mêmes, débusquent les récalcitrants eux-mêmes et neutralisent eux-mêmes les divergents qui mettent en péril la mascarade du programme, parce que, oui, tout est toujours une question d’argent et d’économie d’argent dans la Matrix-Éduc !

Allez ! n’oubliez pas de lire pendant les vacances de Pâques ! Certains diront : « Encore une belle occasion de laisser ces fainéants d’appreneurs au repos ! ». Repos ? Confinement ? La crise va-t-elle vraiment rapprocher les appreneurs des apprenants et de leurs parents ? Réponse : mettez des bonnes notes, des compétences vertes, tartiner à la Bienveillance, pas trop de notes parce que

1)trop de réclamations

2)elles ne compteront pas dans le trimestre pour encore plus de bienveillance.

La Crise, c’est comme un kung-fu dans Matrix : on voit enfin qui est agent et qui ne l’est pas, qui a du talent et qui n’en a pas, qui est bon et qui est pourri. Alors oui, on est en train d’apprendre, la Nation est apprenante, on fait le tri dans le vrai et le prétendu, on apprend à désapprendre, pour…

Seule une poignée se débranche de la Matrix. Voilà la seule vérité.

« Remember, all I’m offering is the truth. Nothing more. »

What truth ?

« That you are a slave. Like everyone else, you were born into bondage, born into a prison that you cannot smell or taste or touch. A prison for your mind. »

MORPHEUS

2 commentaires sur « Ô la Nation apprenante ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s