Un goût de Fin du Monde

6 MARS 2020

En cette atmosphère « Fin du Monde » qui caractérise bien le début de l’année 2020, l’heure est aux désinfectants, masques couvrants et testaments…

Tout blêmes en regardant défiler les journaux télévisés qui annoncent heure après heure, jour après jour, le nombre de victimes, de malades et de pays touchés, les individus voient leur espérance de vie diminuer, leurs plaisirs s’envoler et leur vie de cigale bien achevée.

C’est la loi martiale de la Peur qui cloître chaque pauvre âme dans son logis et vide les magasins à vitesse grand V !

Nul besoin de le répéter, les médias exploitent nos émotions depuis trop longtemps pour que cette psychose planétaire nous étonne. Je remarque deux choses :

1.Nous acceptons enfin de CHANGER et de PENSER à l’Après quand notre bien-être est menacé et que l’espoir fait défaut (ce que j’appelle « faire le ménage dans sa vie ») ;

2.Nous sommes contrôlés par nos PEURS, au niveau sociétal, politique et intime. Il nous est alors difficile de faire appel à la FOI si nous ne l’avons pas recherchée en des temps plus paisibles et prospères.

Et si nous considérions que nous n’avions qu’une journée à vivre ? Que ferions-nous ?

Il y a les Épicuriens qui choisiront de se rouler dans tous les plaisirs fugaces de la vie : meilleur restaurant, meilleure boutique, meilleur concert, meilleure coucherie.

Puis entrent en piste les Anxieux… Terrés chez eux, le nez collé à l’écran, ils sont à deux doigts de la syncope à chaque nouveau flash info, égrenant leur chapelet de fortune au rythme des publicités.

En marge de ces deux premiers groupes, vivent les Visionnaires. Ils ont peur comme les autres, mais ils choisissent la Vie format intégral. C’est une association de vie charnelle et de vie spirituelle.

L’avantage du 3e groupe sur les deux premiers est qu’il vit autant dans le présent que dans l’éternité. J’aime cette idée que mon être intérieur soit le mentor de mon être charnel et non l’inverse. Trop souvent, nous laissons le si jeune et si immature bambin qu’est notre corps dévergonder et ligoter notre esprit plus âgé et plus sage.

Le discours du corps sera souvent celui-ci : « T’es ringard, esprit, tu ne veux même pas essayer d’y goûter ? Non, mais franchement, on ne s’amuse pas avec toi ! C’est pas ça la vie, gars ! Allez, va, reste-la coincé, moi j’y vais, je ne vais pas rater ça ! ».

La dualité de notre être repose sur une connexion d’émotions, de pensées, d’aspirations nobles et de connaissances inépuisables tapissées dans la matière friable, faible et explosive du corps.

Je ne pense pas qu’il faille mépriser le corps à la manière de Saint-Augustin ou de Pascal. Si la femme et l’homme sont l’ultime création, c’est bien que leur corps est appelé au Sublime. Mais oh combien ce Sublime souffre au contact d’un monde déchu qui le consume et le consomme !

Quand arrivent les Guerres, les Crises économiques ou personnelles et les Pandémies, notre petit bambin charnel a bien du mal à rassurer l’âme hagarde. Plus aucun discours épicurien ne tient la route, c’est un disque rayé qu’on veut balancer par la fenêtre. Que nous reste-t-il ?

C’est l’heure du grand ménage, une répétition de ce qui nous attend après la mort. On repasse le film de notre enfance, de notre jeunesse, de notre vie d’adulte, de notre vieillesse. Qu’est-ce qui m’a rendu(e) vraiment heureux(se) ? Qu’ai-je fait de bien dans ma vie ? Seul(e)s les braves se livrent à cette introspection.

Elizabeth Gilbert cite ainsi son ami Bob :

« Just as there exists in writing a literal truth and a poetic truth, there also exists in a human being a literal anatomy and a poetic anatomy. One, you can see ; one, you cannot. One is made of bones and teeth and flesh ; the other is made of ENERGY and MEMORY and FAITH. But they are both equally true. » (Eat, Pray, Love)

La scission cesse enfin… Le corps et l’esprit s’entendent enfin, avides de vérité et de sens, après des années d’errance, ils deviennent les Visionnaires. Pour moi, être « visionnaire », c’est développer ce don de la Paix. Faire la paix avec soi, avec tout le monde et avec la Vie. La paix est un don puissant qui est l’essence de Dieu. Sans paix, pas d’amour, pas de vérité, pas de sens, pas de vision, juste le vide froid et terrifiant d’un monde absurde.

À 31 ans, j’ai appris une grande leçon. La seule question valable qui se présentera un jour ou l’autre à tout être humain est la suivante : « Acceptes-tu l’Épreuve de la Vie ? », « L’acceptes-tu avec son lot de larmes, de frustrations, de fièvre et de solitude ? », « Acceptes-tu de traverser ton Désert pendant 40 heures, 40 jours, 40 années ? ».

Ceux qui répondent « Non » à cette question existentielle décident invariablement de bricoler une vie à leur façon, une vie médiocre, une vie sans Dieu, une vie loin, très loin de l’Épreuve, une vie charnelle…

J’ai interrogé et écouté de nombreux amis à ce sujet et insensiblement leurs analyses convergeaient. Ils n’étaient pas heureux. Les premières années, ce bricolage avait plutôt bien tenu sous l’effet d’une bouffée de liberté, celle du fugitif, certainement. Ils s’étaient tous aveuglés à l’idée jouissive de pouvoir enfin faire TOUT ce qu’ils voulaient, comme ils le voulaient, où ils le voulaient et avec qui, ils le voulaient. C’étaient des années d’ « expériences » et de « plaisirs ». Ah ! Comme les psychologues affectionnent ces deux termes ! Faites vos expériences bonnes et mauvaises et surtout prenez du Plaisir…

La phase 2 du programme est beaucoup moins drôle. Il faut maintenant vivre avec les conséquences : carrière sans enfants, immenses regrets post-avortement, haine du compagnon et des enfants après l’adultère, dégoût de soi après les aventures sexuelles sans lendemain, auto-destruction causée par les dépendances (drogues, pornographie), etc… Je résumerais toutes ces souffrances par le trio :

ATROPHIE DES RÊVES DE L’ENFANCE

PERTE DE L’IDENTITÉ

ISOLEMENT QUI GANGRÈNE L’ÂME

Certes, il est possible de continuer cette course effrénée contre le mur du désespoir, mais je crois que la plupart des fugitifs finissent par « descendre en eux-mêmes » à la recherche de leur être originel, l’esprit qui façonnait leur personnalité, leur voix intérieure et ce regard bleu rieur qu’ils avaient tout bébés quand ils souriaient à l’Invisible dans la chambre d’une clinique silencieuse, au beau milieu de la nuit.

Nous supplions alors notre être spirituel de s’éveiller, de parler et de prier. Il n’est jamais trop tard, il n’est jamais de cause perdue ou de nuit trop noire. L’Espoir qui étreignait nos parents, qui caressait le ventre gonflé de notre mère pendant neuf mois, qui absorbait la douleur aiguë de l’accouchement, n’a jamais disparu. L’Espoir, c’est la vie contenue dans nos cellules depuis le commencement. Nous l’avons juste oublié.

« Acceptes-tu l’Épreuve de la Vie ?

-Oui, je l’accepte. Oui, mon âme, j’accepte de vieillir, de tomber malade, d’avoir mal, de pleurer parfois, d’être abandonnée, d’avoir peur, de ne pas tout comprendre. Oui, j’accepte d’attendre. J’accepte de ne pas vivre sous les projecteurs. J’accepte d’être seule dans mon Désert baigné d’étoiles célestes. J’accepte la trahison de ceux que j’aime. J’accepte d’essayer et d’échouer. J’accepte la mort d’un enfant, sa colère et l’absence d’enfants et de leurs colères. J’accepte le deuil d’un mari et l’absence temporaire de mari. J’accepte la vie que tu as faites sur mesures pour moi. J’accepte ma faiblesse et j’accepte celle des autres, comme leurs réussites. J’accepte, donc je vois… »

Ce n’est la Fin du Monde que si nous décidons que notre Vie a un début et une fin. Moi je préfère me voir éternelle, j’ai toujours savouré les recommencements bien plus que les fins…

LISE

Un commentaire sur « Un goût de Fin du Monde »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s