Aujourd’hui, j’ai 31 ans…

19 juin 2019

Aujourd’hui, j’ai 31 ans…

Si je considère l’existence humaine, si je considère mon existence humaine, je l’apparente à une longue marche au bord de la mer.

Je suis née dans une île, j’ai, par conséquent, un besoin viscéral de voir et de sentir la mer, autrement, je me sens comme un hamster dans une cage tournant sans fin et me cognant la tête contre les barreaux.

Nombreuses sont les heures que j’ai passées à marcher, pieds nus, sur le sable mouillé, le visage dans le vent et les yeux perdus à chercher l’horizon. Pas très originale comme image, n’est-ce pas ?

Et parce que j’ai souvent médité sur la vie, ma vie, au cours de ces longues promenades solitaires vers le couchant, j’ai fini par prendre la vie pour une marche sans fin vers un horizon qui parfois semble fuyant et inatteignable…

Au cours de ces 31 années de marches frénétiques, mes pieds se sont endurcis et j’ai fini par déterrer du sable cinq leçons valables que je voudrais vous partager aujourd’hui.

1ère vérité : la Vie est la recherche d’un équilibre dans le Temps

Albert EINSTEIN a écrit : « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre ».

Mon frère m’a appris cette leçon la première fois que je suis montée sur un vélo. Il fallait pédaler, avancer, regarder loin et pas les roues ou le guidon pour garder l’équilibre.

Einstein avait raison. Chaque fois que nous baissons la tête pour regarder la taille, l’état, la marque de nos roues, nous perdons l’équilibre et tombons lamentablement sur le sol. Il faut regarder loin vers l’horizon pour oublier que nous sommes en équilibre sur un fil, un équilibre fragile, mais nécessaire pour rester dans la course de la vie.

J’admets aujourd’hui que je ne vois rien sous mes pieds. J’avance telle une funambule maladroite, sans même savoir s’il y a un filet de protection. Si je me retourne je risque de regretter la plateforme rassurante ou pire de prendre peur et de glisser dans le vide.

Je ne peux que regarder en avant en avançant un pied, puis un autre, car tout comme le Temps, il m’est impossible de « rembobiner » ou de rester immobile. Si les lois physiques de notre planète sont réglées sur cette fuite en avant des secondes, des heures et des années, c’est bien que nous sommes taillés dans ces mêmes matériaux corruptibles, périssables et toujours en mouvement.

Il y a ces moments de parfaits bonheurs qu’on voudrait retenir dans ses mains et revivre indéfiniment et d’autres qu’on traîne en souhaitant ne les avoir jamais vécus. Il y a ces cellules qui meurent chaque jour, ces rides qui apparaissent et ces cheveux qui blanchissent. Il y a ce corps pétri dans la glaise du temps qui connaît son âge et les années restantes. On aime le faire taire quand il nous le crie trop fort.

Alors oui, j’accepte d’être funambule. Je n’aurai pas le dernier mot, certes. Mais si j’oublie la plateforme, le filet de protection, les yeux des autres rivés sur moi, il m’arrive de danser sur mon fil comme aucun être avant et après moi. Dans ce prodige, je suis ici et maintenant, je fixe la ligne de flottaison, je crée l’art, j’avance, tout simplement.

2ème vérité : la Vie est une quête des Sens

J’aime marcher le long de la mer parce qu’elle éveille mon corps à de multiples sensations : le sable doux ou rugueux sous les pieds, l’eau fraîche sur les chevilles, le goût du sel dans la bouche, l’odeur des algues dans les narines, le vent capricieux dans les cheveux, les cris des pêcheurs accostant près des pontons le panier plein ou bien le silence bourdonnant dans mes oreilles.

@lisepaty

Dans notre monde hyper-connecté, nous tuons à petit feu les sensations. Envahis par les images, assourdis par les bruits du monde virtuel, gâchés par les sucres rapides de la dépendance, affamés par un corps inerte, nous désapprenons à sentir ou nous n’apprenons jamais si, enfants, on a déposé dans nos mains potelées une tablette.

Je ne dis pas de retourner à la chasse et à la cueillette en Alaska, mais cessons d’amputer notre corps de la vie dans cette réalité parallèle où nous évoluons qui, avec le temps, finit par avoir le goût de la cendre.

Je me souviens de ces étés sans fin où je lisais la tête dans l’herbe avant de semer des lentilles, d’élever des coccinelles et de déguster des framboises à la dérobée dans le jardin de ma grand-mère. Puis, je me plantais devant le grillage pour saluer les tournesols et aspirer à plein poumon l’odeur de la Nature prête à enfiler son bonnet de nuit.

Je savais bien peu de choses sur le monde, si ce n’est que j’étais en vie…

Aujourd’hui, je fourre mon nez dans une poignée de basilic pour contrôler l’état de mes sens : j’y trouve le chant des grillons, l’odeur du fromage, la surface lisse de la tomate et le goût de l’huile d’olive. J’y lis Pagnol, Puccini et Visconti.

3ème vérité : la Vie est le meilleur des précepteurs

Julia Murdock Smith a écrit : « In childhood we see things as it were, through colored glasses… and it colors everything we see. But as we grow older… it is a magnifying glass and we see things as they really are. »

Si nous craignons d’en savoir trop peu ou bien d’avoir ressenti trop peu, attendons quelques années et la vie nous fera boire son nectar. Notre paire de lunettes colorées ne tarde pas à tomber et nous sommes de plus en plus capables de nous approcher du miroir de l’adulte et de contempler notre exact reflet.

Cependant, soyons vigilants, car on nous tendra également une nouvelle paire de lunettes teintée, grossissante et lourde pour remplacer les verres colorés, comme si notre nez ne pouvait se passer d’une monture. Nous croirons notre reflet banal, décevant, hideux en oubliant qu’il fallait ôter la paire de lunettes avant de se regarder dans le miroir de la vie.

Mon précepteur a été prolifique, il m’a appris beaucoup en quelques années et je ne doute pas que d’autres chapitres restent à découvrir.

Il m’a chuchoté au creux de la nuit que la douleur passe comme les saisons, que les larmes peuvent être séchées, que les rêves détruits doivent être portés en deuil avant de voguer, telles des lanternes, vers l’autre rive ; qu’il existe un monde invisible grouillant d’énergie et de voix du passé tout autour de nous, que la liberté et le respect ne se quémandent pas, ils s’imposent ; que l’art naît d’une flétrissure ; qu’il faut croire pour faire exister ; qu’un agencement merveilleux et inconnu préside aux actes et rencontres dites « fortuites » ; que le changement continu et courageux est plus fort que la peur paralysante.

Je ne suis plus la femme que j’étais il y a trois ans. J’ai longtemps lutté contre cette blessure si profonde, refusant de la voir, niant la douleur, endormant mes sens par des défis plus irrationnels les uns que les autres. Aujourd’hui, j’accepte que la vie soit amère parfois. Pour rien au monde je ne reviendrais en arrière essayant vainement d’intercepter mon moi du passé à l’aéroport, l’empêchant avec force de prendre cet avion.

Tout me conduisait au siège 36B et, comme dirait Paulo Coelho, « ce n’étaient que les étapes de [ma] Légende Personnelle ».

4ème vérité : il faut vivre pour aimer

La vie attendrit le cœur de l’homme et quand il est tenté de l’endurcir ou de l’encercler de hautes murailles, le vieux Précepteur lui apprend qu’il faut être brisé pour apprendre, il faut aimer pour comprendre.

Je suis émerveillée quand je sens en moi ces gonflements de compassion qui s’élèvent sans prévenir pour des personnes que je connais à peine et que probablement je ne reverrai jamais. Le temps s’arrête et je ressens leur détresse comme si elle était mienne, je pleure avec eux et je ris quand l’orage est passé.

Le corps est fait pour habiter l’amour. La haine le détruit, vrai combustible pour l’âme. Il peut être facile de lancer son empathie hors de soi et de la retenir captive quand il faut écouter et soutenir sa propre âme. On aime plus aisément l’autre que soi-même, ce qui pour moi est un fantôme d’amour. Si je ne m’aime pas, je n’éprouve pour l’autre que de l’envie ou de l’indifférence. Je quémande l’attention et je ne reçois rien ; je crois que le bonheur ne vient qu’en étant l’autre et je me renie dans mon essence.

Il semble que lorsqu’on commence à s’aimer honnêtement, on accepte la part d’ombre et de lumière, l’autre et le monde. Le miroir si clair devient fresque et on trouve une raison d’y figurer.

5ème vérité : la vie n’est pas une destination mais un chemin

« Des hommes venus du monde entier sont déjà passés par ce village, mon fils. Ils viennent ici chercher des choses nouvelles, mais ils restent toujours les mêmes hommes. Ils vont jusqu’à la colline pour visiter le château, et trouvent que le passé valait mieux que le présent. Ils ont les cheveux clairs, ou le teint foncé, mais sont semblables aux hommes de notre village.

Mais moi, je ne connais pas les châteaux des pays d’où viennent ces hommes, répliqua le jeune homme.

Ces hommes, quand ils voient nos champs et nos femmes, disent qu’ils aimeraient vivre ici pour toujours, poursuivit le père.

Je veux connaître les femmes et les terres d’où ils viennent, dit alors le fils. Car eux ne restent jamais parmi nous.

Mais ces hommes ont de l’argent plein leurs poches, dit encore le père. Chez nous, seuls les bergers peuvent voir du pays.

Alors, je serai berger. » (L’Alchimiste, Paulo Coelho)

@lisepaty

Je marche le long du rivage, les yeux fixés sur l’horizon, les pieds nus et les pensées moins confuses, parce qu’il me faut nourrir ce désir de ne planter aucune tente. Je suis de celles et de ceux qui vont mettre toute leur énergie dans l’aménagement, la décoration, le calibrage d’une vie, d’une maison, d’un travail. Rien ne dépasse, tout est parfaitement harmonieux, tout sent bon la lavande pour enfermer mes peurs dans un contrôle factice.

Je m’entoure d’un parachute énorme, comme dit une amie, ouvert, traînant sur le sol, préférant me prendre les pieds dans les fils emmêlés et la toile épaisse, plutôt que de marcher légère et insouciante.

La vie est accidents, détours et retours pour une destination encore inconnue. Rien n’est longiligne, rien n’est prévisible, rien n’est parfait, rien n’est durable. Tout change et évolue, et moi aussi…

Certes, je sais ce qui m’attend ici, ce que je possède, ce qui fonctionne et ne fonctionne pas, comme dit le père du jeune berger. Mais n’est-il pas merveilleux d’embrasser le voyage et ses zones de turbulences ? La vie n’est jamais une destination gagnée au loto, c’est un chemin souvent solitaire conduisant à des vérités, à sa vérité. C’est peut-être ça le trésor du jeune homme caché aux pieds des pyramides d’Égypte ?

« Le jeune homme se prit à envier la liberté du vent, et comprit qu’il pourrait être comme lui. Rien ne l’en empêchait, sinon lui-même. » (L’Alchimiste, Paulo Coelho)

@lisepaty

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s