LA COURSE AU TRAVAIL

3 FÉVRIER 2019

Je vois des gens totalement affairés et frénétiques.

Certes, travailler apporte une certaine distinction et un certain nombre d’accomplissements.

Certes, nous y passons une bonne partie de notre temps.

Et certes, il faut de l’argent pour vivre.

Mais ne vous y prenez pas ! La reconnaissance avec un grand R ne se trouve pas dans les bureaux capiteux ou dans l’encre noire d’une photocopieuse.

Nous vivons à l’époque de la consommation avec un grand C.

Alors on consomme tout : les biens matériels, les voyages, les services et pour finir les êtres humains.

Eh oui ! on consomme l’humain et on le consume.

Vous n’avez pas droit à l’Erreur, mais vous n’avez pas droit non plus à la Reconnaissance.

Vous ne faites rien que votre travail, alors ne croyez pas qu’on va lever un choeur de louanges à chaque dossier traité, à chaque conversation téléphonique houleuse remportée, à chaque pierre que vous aurez posée au grand édifice de l’entreprise…

Vous êtes remplaçable, vous êtes consommable, vous êtes négociable.

Alors il est plus que temps de regarder par la fenêtre fumée du 120e étage de votre immeuble suréquipé et de vous dire avec honnêteté que la vie, la vraie, n’est pas là !

Faites ce qu’on attend de vous, mais cessez de placer votre potentiel bonheur dans les mains de votre responsable, de votre patron…

Vous découvrirez souvent qu’ils sont eux-mêmes engloutis par un autre super patron qui martèle haut et fort : PRODUCTIVITE, EFFICACITE, RENTABILITE et tout un tas d’autres concepts en -ITE.

Un jour, avec le ton le plus mystérieux, on m’a fait venir dans le bureau du « chef ».

Je m’attendais à recevoir un ou deux compliments, un ou deux remerciements…enfin quelques syllabes qui justifieraient le travail acharné accompli pendant des mois.

J’ai eu un compliment, presque imperceptible, je vous l’accorde, mais il était le gros nœud rouge qui entourait un énorme service qu’on me demandait.

J’avais été choisie pour toutes mes qualités pour accomplir une mission faite sur mesure, on avait pensé à Moi ! Rendez-vous compte !

Enfin il ne faut jamais s’illusionner bien longtemps… Le chef avait devant lui une feuille avec les noms d’autres collègues barrés et j’étais la dernière sur la liste, sa dernière chance d’obtenir un Oui ému, reconnaissant, valeureux.

« On a pensé à vous ! » Dites plutôt : « On n’a plus que vous ! » Ca aurait le mérite d’être honnête…

Il s’est avéré que c’était une mission faite sur mesure pour redorer le blason du chef auprès de la commune, mais qui drainait, pour moi, son lot de fatigue et de contrariété.

Moralité : chercher la reconnaissance en vous-même.

Soyez le capitaine de votre âme comme l’a dit William Ernest Henley.

Et décollez votre visage de la vitre du 120e étage pour voir la Vérité.

Votre travail n’est qu’un moyen pour vivre vos rêves, ceux qui ne s’achètent pas avec de l’argent, ceux qui ne sont pas une promotion, ceux qui ne sont ni consommables, ni négociables, ceux qui vous constituent et doivent être votre seule fin !

Soyez des bâtisseurs et non des consommateurs.

Soyez des rêveurs et non des serviteurs.Soyez vrais.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s